Partout l'appel du siècle pur

inde 2013.jpg

Hélène Fresnel est née le 23 décembre 1984 et écrit des poèmes et des lettres depuis son plus jeune âge. Son père, féru d'opéra et de littérature, lui transmet ses passions. Ses textes, autobiographiques, sont des appels tournés vers un destinataire, souvent l'être aimé, à la recherche de quelque chose de stable. Écrits au cours de nombreux voyages en Allemagne et vers l'Est, ils essaient de créer une harmonie juste et sont toujours appréhendés comme les pièces d'un ensemble. Avec le désir de trouver dans chaque poème le point de bascule où il y aurait une faille pour justifier le poème suivant et constituer quelque chose de plein. La poète se sent ainsi plus à l'aise pour parler d'ensembles que de poèmes. Ensemble, mot où convergent ses quêtes, humaines, poétiques et politiques. Sa poésie défend indirectement une liberté formelle et thématique, arrimée à la justesse de chacun. Pour que vive la diversité des expressions poétiques contemporaines.

 

Agrégée de lettres modernes, elle se lance dans la publication et "Le chant du lion" parait dans la revue Nunc en février 2017, "Résistance" en 2018 dans le revue Transkrit, "Ce qui reste" en 2019 dans la revue Friches. Son premier recueil, Une terre où trembler, a paru en février 2020 aux éditions de Corlevour. Il apparaît dans la sélection finale du Prix Apollinaire Découverte et reçoit le Prix Vénus Khoury-Ghata Découverte 2020. Parallèlement, l'auteure essaie de rendre hommage aux artistes qu'elle affectionne à travers des critiques littéraires ou des critiques d'art, et plus récemment, des préfaces. En janvier 2018 sort un petit livre pour enfants sur Andrée Chedid aux éditions A dos d'âne. Elle participe à des livres pauvres (collaborations hors commerce entre artistes et poètes) avec Zéno Bianu, Marjolaine Pigeon ou Jean-Luc Jehan. 

Que la forêt soit mon cadre, un livre d'art sur le travail de Pascal Demeester doit paraître aux éditions Arp. En poésie, elle poursuit son chemin: "Gorges du milieu", paraît dans la revue franco-québécoise Femmes de parole, en septembre 2021, "table raser", dans le numéro 43 de la revue Teste, en écho au travail de la photographe Natacha Nikouline (octobre 2021).

Son deuxième recueil, Réponse à Ta menace de mort, est en gestation.

 

Pour découvrir quelques textes, son actualité et son blog, n'hésitez pas à cliquer sur les éclats de vitraux.

 

 

 

 

entrée_edited_edited.jpg
entrée_edited_edited_edited.jpg
trio fa.png
Une terre où trembler
Transkrit.jpg
Couverture_n°_130_edited.jpg
NUNC.jpg
Couverture_Andrée_Chedid.jpg